Le Blog d'Arnaud Clément

Bienvenue sur ce Blog, un espace de dialogue sur Châteauroux et sur tous les sujets d'actualité.

Régionales 2015 : "Le choc"... Quel "choc" ?

Publié par Arnaud Clément sur 11 Décembre 2015, 21:44pm

Catégories : #Politique

Dépouillement lors du 1er tour des élections régionales 2015

Dépouillement lors du 1er tour des élections régionales 2015

   Au 1er tour des élections régionales, les citoyens ont placé en France et dans la région Centre - Val-de-Loire le Front National en tête du scrutin ; un 1er tour marqué par une abstention considérable (50%). Les médias ont lancé dès lundi des unes évoquant un "choc". Mais quel "choc" ?

   En effet, le score du FN et l'abstention massive étaient largement annoncés par les différents instituts de sondages depuis des mois. Cette triste réalité n'est donc en aucun cas une surprise ! Faire semblant de découvrir le mécontentement des Français après chaque élection (municipale, européenne, départementale, régionale...) devient lassant pour le citoyen.


Droite et gauche responsables

   Les partis de droite ou de gauche gouvernementaux (ex-UMP, UDI, PS) sont responsables de cette situation. Ils ont conduit la France dans les bras de l'extrême-droite. L'incompétence de leurs élus à régler les problèmes des Français ; leur appétit pour les places et leur soif des pouvoirs et des privilèges qui vont malheureusement avec ; leur incapacité à avoir un discours de vérité et à enfin tenir leurs engagements en respectant la parole donnée aux citoyens entraînent notre pays dans l'abîme du nationalisme.

   Ils se disent "républicains", mais ils ont passé les trente dernières années à réveiller et à encourager ceux qui dans le passé, n'ont jamais respecté la liberté des hommes, l'égalité entre les Français et la fraternité entre les êtres humains.

   Les donneurs de leçons qui estiment depuis dimanche que les Français n'ont pas voté comme ils auraient dû, sont bien les responsables de ce désastre.

De la défaite des Républicains - UDI - MoDem

   Le spectacle donné par les Républicains ex-UMP - UDI - MoDem durant cet entre-deux-tours est assez ahurissant. L'article paru dans la presse locale mardi est à cet égard, éloquent.

   Le porte-parole régional de la liste de Philippe Vigier, par ailleurs maire de Châteauroux, Gil Avérous (ex-UMP) y explique :
"Les politiques ne savent pas répondre aux attentes des habitants." Une fois n'est pas coutume : comment ne pas lui donner raison ? Ce qui est triste, c'est que lui même ne se remette pas en question : hausse des tarifs de stationnement à Châteauroux, projet de piscine "olympique" non respecté, fermetures au conservatoire... Autant de décisions jamais annoncées dans son programme avant les élections !

   Mais cela ne l'empêche pas dans un document de campagne distribué cette semaine sur Châteauroux, d'expliquer que le message du 1er tour a été reçu ("nous vous avons entendu !") tout en proposant de voter pour les mêmes qui n'ont pas obtenu dimanche dernier les votes espérés.

   Et on pourrait se demander pourquoi
la liste de Philippe Vigier n'a obtenu que 26,25% des voix au niveau régional soit 8 points de moins qu'au 1er tour des régionales de 2010 (avec le MoDem). Mais certains, à l'image du pourtant très sympathique Pascal Pauvrehomme (UDI) fournissent dans cet article, quelques réponses. Ce dernier, y exprime sa "colère" particulièrement contre ceux qui ne se sont pas déplacés voter et explique : "Nous avons fait trente-cinq réunions publiques, que voulez-vous qu'on fasse de plus ?"...

  
"Que voulez-vous qu'on fasse de plus ?" Une phrase à l'image du politique qui n'est plus en phase avec ses concitoyens condamnant les abstentionnistes qui auraient dû aller voter et plutôt en faveur de la liste Vigier... Pascal Pauvrehomme ne s'est pas demandé un instant si le programme proposé par ses amis était ambitieux pour notre territoire et intéressant du point de vue des citoyens. Il est évidemment parfait. Pascal Pauvrehomme ne s'est pas non plus demandé si les candidats de la liste Républicains - UDI - MoDem étaient les meilleurs pour représenter les habitants de la région Centre - Val-de-Loire. Une question qui ne doit évidemment pas se poser. Et pourtant...

Des candidats sans autre envie que celle d'avoir un mandat... de plus

   Et pourtant, quelle motivation pourraient trouver les habitants de l'Indre pour voter pour cette liste en sachant par exemple, que Nicolas Forissier (tête de liste dans l'Indre), déjà maire de La Châtre, ne s'intéresse que très modérément aux élections régionales, dans la mesure où son objectif demeure les législatives de 2017 afin de retrouver son siège de député (il suffisait de lire la presse locale pour s'en rendre compte)...

  
Quelle envie pourraient-ils avoir de voter pour Dominique Cotillon (n°2 de la liste dans l'Indre), fort mécontente de ne pas avoir pu être candidate aux élections départementales de mars dernier (elle l'avait fait savoir dans la presse locale) et à qui on avait promis un siège à la région en guise de consolation ?

   Et enfin, quelle pourrait-être la motivation des électeurs de l'Indre à voter pour Pascal Pauvrehomme (n°3 de la liste) je le répète, au demeurant fort sympathique, bien différent de la précédente candidate donc, mais déjà maire d'une commune rurale, et à qui on a promis un siège aux régionales parce qu'il avait été "victime" du redécoupage du département, ayant perdu son siège de conseiller général, son canton ayant disparu ?

   A ceux-là, à l'image de leur tête de liste régionale, le cumul des mandats ne fait d'ailleurs pas peur. Ces candidats n'ayant eux-mêmes pas d'autres objectifs que personnels, comment les citoyens de l'Indre pourraient-ils se projeter à travers eux au sein de la collectivité territoriale ?

   Et cela, sans parler du maire de Gargilesse, Vanik Berberian (n°5 sur la liste Vigier dans l'Indre), qui dénonce habituellement avec une grande justesse ces attitudes peu conformes aux exigences de la démocratie et qui aujourd'hui, préfère, après l'avoir critiqué, travailler avec Guillaume Peltier. Guillaume Peltier, ancien du FN tendance Jean-Marie Le Pen, ancien du MNR de Bruno Mégret et qui après avoir échoué à se faire élire à Tours a préféré fuir dans le Loir-et-Cher pour y trouver un siège... Avec Guillaume Peltier, voter pour Vigier, c'est déjà se prononcer en faveur d'un FN qui n'est pas toujours light. Comme le soulignait Vanik Berberian le 16 avril 2015 : "Un ex-front national possible président de la Région Centre - Val de Loire avec la complicité de la droite dure et autres affidés, ça promet." !

   La droite avait un boulevard lors de ces élections. Son résultat du premier tour est un véritable échec. Mais
l'incapacité de ses représentants à comprendre aujourd'hui les causes de cet échec dessine déjà une terrible perspective pour l'avenir.

Guillaume Peltier au Front National, avec Jean-Marie Le Pen, de 1996 à 1998 avant de rejoindre Bruno Mégret au MNR

Guillaume Peltier au Front National, avec Jean-Marie Le Pen, de 1996 à 1998 avant de rejoindre Bruno Mégret au MNR

Une gauche qui trébuche

   Les électeurs du 1er tour qui ont voté pour la liste de François Bonneau, le Président socialiste de la région ont été courageux, compte-tenu du contexte actuel et du
bilan de ceux qui nous gouvernent : chômage, endettement, insécurité... De quoi faire fuir les citoyens. C'est la raison qui explique la perte de plus de 12 000 voix par rapport au 1er tour de 2010.

   Pourtant, c'est ce même François Bonneau qui semble avoir le plus de chance de l'emporter dimanche prochain. Avec le soutien des Verts (en forte baisse également avec plus de 34 000 suffrages en moins par rapport à 2010) et du Front de gauche qui ne siègera plus à Orléans après avoir perdu 3 points par rapport à 2010, la gauche qui gouverne la région rassemble plus de 35% des voix au 1er tour, loin devant le FN et la liste Vigier. Cela n'en est que plus décevant pour ces derniers qui s'étaient rassemblés avant le 1er tour.

Que faire au second tour ?

   Debout La France et Alix Penloup qui ont réussi à obtenir la confiance de près de 5% des citoyens dans le Centre - Val-de-Loire, ce qui représente un succès pour une première participation à des élections régionales, ont décidé de laisser les citoyens libres au second tour, sans donner une consigne de vote.

   Mais
comment pourrait-on voter pour ceux qui derrière Philippe Vigier et Guillaume Peltier sont davantage intéressés par leur petit confort personnel que par une véritable ambition collective en faveur de notre territoire ?

   Ensuite, comment pourrait-on se prononcer en faveur de ceux qui derrière le candidat FN sont incapables de respecter des engagements simples comme le non-cumul des mandats (on l'a vu après les sénatoriales de septembre dernier) ou qui remettent en cause des droits et des libertés fondamentales comme le planning familial ?

   Enfin, comment pourrait-on apporter un quelconque soutien à ceux qui derrière François Bonneau, ont échoué à redresser la France depuis la défaite du sarkozysme en 2012 ?

   Parce que la région Centre - Val-de-Loire mérite mieux que l'incompétence et la soif éternelle de prébendes et de privilèges de ces différents candidats du système et des extrêmes, c'est sans enthousiasme, mais en pensant à l'avenir de notre territoire que je voterai blanc dimanche prochain.

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents