Le Blog d'Arnaud Clément

Bienvenue sur ce Blog, un espace de dialogue sur Châteauroux et sur tous les sujets d'actualité.

Quelle Europe en 2020 ?

Publié par Arnaud Clément sur 1 Novembre 2008, 22:35pm

Catégories : #Pour une autre Europe

   Il y a quelques jours déjà, mon ami le Faucon m'a "tagué". C'est donc à lui que je dois cet article consacré à l'avenir de l'Europe et je l'en remercie. La question qui est posée est la suivante : "Quelle Europe voulez-vous en 2020 ? Quelles doivent être les quatre priorités à mettre en oeuvre dès aujourd'hui pour améliorer l'Europe, la rendre plus démocratique, plus compétitive, plus forte à l'international, plus en avant sur le développement durable, etc... ?"

   A mon tour, je vais essayer de dégager les 4 priorités qui me semblent indispensables pour améliorer le fonctionnement de l'Europe et pour que l'Union Européenne (U.E.) devienne un ensemble fort sur lequel les Etats pourront s'appuyer.

   1. Définir les limites de l'Union Européenne.
   Après plus de cinquante années passées à "construire" l'Europe, il est bien dommage que cette question qui aurait dû être une des premières réglée, soit encore d'actualité. Quelles doivent donc être les limites de l'Union Européenne ? La réponse me semble simple : l'Union Européenne doit pouvoir connaître à terme les mêmes limites que le continent européen au sens géographique, "de l'Atlantique à l'Oural", comme le répétait le Général de Gaulle, mais je le crois sans la Russie et bien évidemment sans la Turquie. Il faut construire un partenariat fort et privilégié avec ces deux états, mais du fait de leurs histoires et de leurs géographies, ces deux pays n'ont pas vocation à intégrer l'Union Européenne. L'Asie n'est évidemment pas l'Europe. Et continuer à bercer la Turquie d'illusions sur sa future entrée au sein de l'U.E. ne constitue pas une démarche honnête vis-à-vis du peuple turc. Par ailleurs, si l'élargissement doit se poursuivre, il convient d'abord de donner les moyens à l'Union Européenne de pouvoir accueillir correctement les nouveaux états. Aujourd'hui, comme en 2004, date de l'entrée de dix nouveaux pays, l'Union Européenne n'en est pas capable. Il faut donc arrêter de se précipiter en refusant tout nouvel élargissement, tant que l'U.E. n'est pas organisée.

   2. Bâtir une Europe réellement démocratique.
   Pour construire une Europe solide, une Europe indépendante, une Europe organisée, l'Union Européenne se doit d'être réellement démocratique. Il faut arrêter de tourner le dos aux peuples de l'Europe et faire confiance à la souveraineté populaire. Ce qui s'est passé en France en début d'année lors de la ratification parlementaire du Traité de Lisbonne relève de l'erreur historique au regard du referendum de 2005. Et malheureusement, chacun peut constater que l'attitude des dirigeants européens, après les referendums de 2005, en France et aux Pays-Bas, est la même aujoud'hui, suite à la victoire du non en juin dernier en Irlande, le seul pays "obligé" d'organiser un referendum pour ratifier le Traité de Lisbonne. Nombre de Chefs d'Etat ou de gouvernement, et le Président de la Commission européenne José Manuel Barroso en tête, continuent de se moquer ouvertement du vote des peuples ; Nicolas Sarkozy n'ayant rien d'autre à proposer à l'Irlande que d'organiser un nouveau referendum... et aux Irlandais de se déjuger et de voter "oui" la prochaine fois ! Il faut expliquer l'Europe aux peuples, les associer à sa construction et la bâtir sur des bases solides : une véritable démocratie s'appuyant sur les peuples, consultés par referendums doit être l'objectif de tous. Comme le disait le Général de Gaulle : "On ne fera pas l'Europe si on ne la fait pas avec les peuples et en les y associant."

   3. Construire une Europe structurée et contrôlée par les peuples.
   Se basant sur la volonté populaire, l'Europe pourra alors continuer à se construire dans la sérénité. Sa construction passe désormais par une clarification des compétences des différents organes de l'U.E. et un renforcement des pouvoirs des institutions élues démocratiquement par les peuples européens. Ainsi, le rôle du Parlement européen doit être plus important et il me paraît nécessaire de rapprocher l'Europe des citoyens. Par exemple, je pense qu'en France, les élections européennes organisées dans le cadre d'un scrutin de liste au sein d'immenses circonscriptions ne facilitent pas la reconnaissance par les citoyens du travail effectué à Strasbourg et à Bruxelles par les députés européens. Ne serait-il pas préférable que les députés soient élus au scrutin uninominal dans des circonscriptions de taille beaucoup plus modeste ? Par ailleurs, ne serait-il pas utile qu'une seconde chambre, réunissant des représentants des parlements nationaux soit instituée, se basant ainsi sur la légitimité conférée dans chaques pays aux élus du peuple ? Enfin, le recours à la procédure référendaire doit être la règle, dès-lors qu'une question majeure doit être approuvée. 
   Mais l'Union Européenne doit être également contrôlée par les différents états membres, car elle n'existe que grâce à eux. La Commission européenne doit être véritablement responsable devant le Parlement européen et son Président devrait rendre-compte de la mise en oeuvre de sa politique chaque année devant les députés européens. La Banque Centrale Européenne (B.C.E.) ne doit plus rester indépendante. Le pouvoir économique et monétaire incarné par cette B.C.E. ne peut continuer à travailler en toute indépendance du pouvoir politique représenté par les Chefs d'Etat et de gouvernement des pays membres, à l'image de ce principe absurde et maintenu pendant des années qui consistait à lutter contre une inflation très faible, alors que l'objectif prioritaire de la B.C.E. aurait du être celui de la recherche de la croissance, permettant ainsi de lutter contre un chômage endémique. De la même manière, il y aurait beaucoup à dire sur le fonctionnement de la Cour de Justice des Communautés européennes et sur l'indépendance de ses magistrats.

   4. Edifier une Europe des projets et une Europe indépendante.
   Afin de ne jamais devoir forcer un état qui ne le souhaiterait pas à avancer dans une direction contraire à ses intérêts ou aux souhaits de son peuple, l'Europe se doit d'avoir plusieurs vitesses et de fonctionner grâce aux coopérations interétatiques. C'est un enjeu majeur que d'élaborer une Europe capable de bâtir des projets d'envergure, tout en respectant les nations. Et comme le dit parfaitement le Faucon : "Pourquoi la France et Malte, par exemple, devraient ils avancer au même rythme ? La Finlande et la Grèce sont ils concernés par les mêmes problèmes, et doivent ils donc avoir des politiques exactement communes ? Ne peut on pas avoir des compétences partagées qu'à un certain nombre de pays ? Doit on tous manger la même chose, penser la même chose, vivre de la même manière ?". Par le passé, c'est bien avec une Europe à plusieurs vitesses, une Europe à la carte que les plus grands projets européens ont pu être menés à bien, à l'image d'Airbus ou d'Ariane. Alors pourquoi tout à coup, l'uniformisation devrait-elle prendre la place de la coopération ?
   Enfin, l'Europe telle qu'elle doit être construite, devra être au service des peuples européens et donc totalement indépendante. Ainsi, la politique étrangère et de sécurité commune qu'il faut mettre en oeuvre, ne peut se baser sur un alignement sur la politique menée par l'OTAN, c'est-à-dire sur la politique voulue par les Etats-Unis et définie à Washington. Construire une Europe indépendante doit s'incarner par une véritable politique de coopération militaire entre états et par une politique défensive. Cette politique ne peut pas et ne doit pas se symboliser par un atlantisme béat, malheureusement bien trop souvent défendue dans de nombreux pays européens ces derniers temps.    

   Une Europe cohérente, une Europe démocratique, une Europe organisée et une Europe indépendante évoluant dans le respect des nations européennes, voilà ce que je crois être une véritable ambition pour l'Europe de demain.

   Malheureusement, dans le contexte actuel, j'ai les plus grandes craintes quant à la mise en oeuvre d'une politique courageuse pour répondre à ces objectifs. Peut-être, les prochaines échéances européennes de juin 2009 pourront-elles influer sur les décisions à venir. C'est en tout cas ce que je veux croire. C'est pourquoi, j'ai lancé, il y a quelques semaines, un blog destiné à prendre part à la campagne des prochaines élections européennes et à défendre cette autre Europe que j'appelle de mes voeux.

   Enfin, comme pour toute chaîne, je me dois de proposer à d'autres de la poursuivre. Je suis sûr qu'Olivier sera intéressé par le sujet et je suis persuadé que nos positions ne seront pas très éloignées. J'aimerais également connaître les propositions que pourraient faire Ellie et Benoît. Enfin et parce-que nous ne sommes pas toujours en phase sur le sujet européen, je serai heureux de lire la contribution que pourront apporter mes amis Sandrine et Anthony. Comme pour l'Europe, n'oublions pas que la diversité reste une richesse !

Commenter cet article

Falconhill 05/11/2008 17:56

Tu t'es super bien débrouiller sur l'exercice. Et pas de surprise, je vois que nous partageons beaucoup, sinon tout, sur ce que devrait être l'Europe de nos rêves.Merci de t'être prété avec talent à la chaine. Rendez vous à la prochaine :)

Arnaud Clément 05/11/2008 22:55


Merci pour le compliment. Alors à la prochaine et à très bientôt !


Chris 03/11/2008 15:59

Des idées pour me reconcilier avec l'europe. merci.

Arnaud Clément 03/11/2008 22:17



Mais il y a encore beaucoup de chemin à parcourir...



Benoît 02/11/2008 22:31

Vaste sujet en effet... il va me falloir aussi un peu de réflexion ! Ma réponse ne sera surement pas si argumentée que la tienne mais je veux bien m'y coller !

Arnaud Clément 02/11/2008 22:51


Merci Benoît. Bonne semaine !


ellie 02/11/2008 21:01

Waow, ça c'est de la chaîne aux maillons solides. il faut que je mûrisse ma réponse, un peu ... j'y pense, promis !(et merci du cadeau ^^)

Arnaud Clément 02/11/2008 22:00



C'est un sujet qui n'est pas abordé tous les jours et il y a sans doute beaucoup à dire et à écrire...
Bon courage Ellie et au plaisir de te lire !



Olivier P 02/11/2008 19:52

Merci de m'avoir tagué (lol), mais je vais laisser passer quelques heures pour en faire un billet, le sujet demandant quand même une réponse argumentée et construite.Pour l'instant, je vais juste énoncer le sujet sur mon blog, afin que mes futures victimes aient le temps de réfléchir, (futures victimes que je ne désignerai qu'au moment où je ferai le vrai billet)

Arnaud Clément 02/11/2008 21:57


Suspense... Je suis sûr en tout cas de ne pas en faire partie.


Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents