Le Blog d'Arnaud Clément

Bienvenue sur ce Blog, un espace de dialogue sur Châteauroux et sur tous les sujets d'actualité.

Les Belles Promesses de 1992 : Martine Aubry

Publié par Arnaud Clément sur 14 Avril 2009, 22:30pm

Catégories : #Pour une autre Europe

   Suite de la série sur les belles promesses effectuées lors de la campagne pour le referendum de septembre 1992, concernant la ratification du Traité de Maastricht.

   Après Michel Sapin, Martine Aubry, Premier secrétaire du Parti Socialiste et à l'époque Ministre du Travail, de l'Emploi et de la Formation professionnelle. Lors d'un discours à Béthune, le 12 septembre 1992, elle déclarait : "C’est principalement peut-être sur l’Europe sociale qu’on entend un certain nombre de contrevérités. Et ceux qui ont le plus à gagner de l’Europe sociale, notamment les ouvriers et les employés, sont peut-être les plus inquiets sur ces contrevérités. Comment peut-on dire que l’Europe sera moins sociale demain qu’aujourd’hui ? Alors que ce sera plus d’emplois, plus de protection sociale et moins d’exclusion."

   Qui peut dire aujourd'hui que grâce à l'Europe on crée plus d'emplois qu'en 1992 et que cette Europe défendue par le PS, protège davantage les Français et plus largement les Européens ? Là encore le parti socialiste et son numéro 1, Martine Aubry se sont profondément trompés !

Commenter cet article

Olivier 15/04/2009 21:12

@Back2basicQui peut dire sérieusement c'est pas le faute au PSE, c'est la faute au PPE, dans la mesure où ces deux groupes fonctionnent de toute éternité sur un "gentlemen agreement qui veut fait que tous les 6 mois la présidence du parlement passe de l'une à l'autre...Tu dis par ailleurs que l'UMP défend une idée ultralibérale de l'Europe et tu as raison, mais où est le PS?Je te renvoies au Traité Constitutionnel européen, qui au lieu d'être un texte traitant d'institution définissait le modèle économique et même religieux de l'europe...A moins que je n'ai mauvaise mémoire, le discours du PS et de l'UMP à ce sujet avaient plus qu'un cousinage, non?Alors, changer l'europe ne passe ni par un vote UMP, ni PS, ni vert, ni MoDem.Une précision encore : Je ne vois pas où tu as vu que Arnaud soutenait les listes UMP à cette élection. J'ai même cru comprendre qu'il était candidat sur une liste "Debout la République"...Un dernier mot, Chevènement ayant décidé de jetter l'éponge, je ne vois plus qu'une liste, qui sans nier la pertinence de la construction européenne, propose de garantir aux états membres de rester maître de leur avenir, du choix du maintien de leur service public...

Arnaud Clément 15/04/2009 23:18



Olivier, tu as parfaitement raison ! Voter UMP, PS, Vert ou MoDem aux prochaines européennes revient au même dans la mesure où ces quatre formations politiques ont défendu depuis des années
l'Europe actuelle et sont donc responsables de l'état dans lequel se trouve l'Union Européenne aujourd'hui.

Seul notre rassemblement gaulliste et républicain, Debout La République propose un chemin différent pour une autre Europe.



back2basics 15/04/2009 11:07






Du côté des listes " Debout la république ce n'est pas beaucoup mieux...
Aucune proposition pour construire une Europe sociale, écologique, solidaire et démocratique...
 
Je prend un exemple de la position de DLR sur les services publics:
« LAISSER chaque pays libre d’organiser ses services publics comme il l’entend, seule solution pour garantir l’égalité des citoyens et l’aménagement du territoire »
=inégalité entre chaques pays membres, quel interêt de construire une europe politique pour laisser les autres pays membres dans une situation catastrophique ?
 
Le PS et le PSE porpose de changer l'europe au services de tous ces citoyens en proposant:


D' établir un cadre européen pour les services publics, qui garantira aux citoyens non seulement un  droit d'accès universel et égal à ces services mais qui permette aussi de prendre en compte des nouveaux besoins et aux citoyens de participer à l'évaluation des missions de services publicss


De garantir que les règles européennes en matière de concurrence et du droit des entreprises ne s'opposeront pas à l''accomplissement des missions de services publics et à leur financement. . Ceci passe notamment par le plein  respect du principe de libre administration des collectivisés locales pour gérer les services publics locaux dont elles ont la charge. 


D'assurer que les critères sociaux et environnementaux dans l'attribution des marchés publics puissent être appliqués sans restriction par les autorités publiques et les collectivités locales


D'assurer la spécificité des services sociaux d'intérêt général.


La différence entre le PS et débout la République c'est que le PS cherche à améliorer la conditions de tous les citoyens européens pour une éléctiosn européenne alors que DLR cherche seulmenet à protéger et isoler la france et les Francais ne préférant ne pas regarder à coté ce qui se passe...

Arnaud Clément 15/04/2009 23:06



Comment ça "du côté des listes Debout La République ce n'est pas beaucoup mieux" ??? Les candidats de la liste DLR dans la grande région Centre - Massif Central sont tous issus des
départements de cette région, en connaissent les problèmes et font le choix de défendre leurs concitoyens. Et c'est à ma connaissance, ce qui se passe dans les autres grandes régions de
France.

Evidemment avec les parachutages d'Henri Wéber dans le Centre et de Vincent Peillon dans le Sud-Est qui n'ont d'autre ambition que de retrouver un fauteuil à Strasbourg, se moquant, je le répète
totalement des problèmes des régions dans lesquelles ils sont têtes de liste "contre mon plein gré" a même dit Monsieur Peillon (!), le Parti Socialiste ne peut pas afficher la
même volonté de construire que les autres candidats. C'est incroyable mais tristement réel.

Pour ce qui est du programme ensuite, vous semblez bien mal informé, dans la mesure où Debout La République défend de nombreuses propositions pour construire une véritable Europe démocratique,
qui tient compte de l'avis des peuples, une Europe qui protège nos emplois, une Europe qui tient compte des spécificités de chaque Etat... Alors dire qu'il n'y a "aucune
proposition" à Debout La République dans ces domaines relève au mieux d'une méconnaissance du sujet, au pire d'une grande malhonnêteté intellectuelle...

Ensuite, concernant la proposition que vous évoquez sur les services publics : Libre à vous de vouloir continuer à tout uniformiser en ajoutant au passage toujours un peu plus de bureaucratie. Il
n'y en a pas assez ? C'est l'Europe de l'échec que vous dénoncez, mais que vous entendez poursuivre ! A Debout La République, on estime que le service public doit rester un service, au service du
public. Et comme le dit Nicolas Dupont-Aignan, si en France, on souhaite continuer à voir circuler dans nos campagnes "les petites voitures jaunes de La Poste", ce n'est pas à l'Union
Européenne de décider le contraire.

Enfin, pour conclure sur cette trop longue réponse, je considère que la différence dans ce domaine entre le PS et Debout La République (DLR), est que DLR ne cherche pas à imposer aux
autres nations européennes son modèle et le modèle français. Nous n'en avons pas le droit. DLR respecte chaque peuple, chaque nation et ce que souhaite le citoyen français, ce n'est pas
obligatoirement la même chose que ce que souhaite le citoyen danois. Chercher à imposer aux autres notre modèle, ce n'est pas notre conception de l'avenir de l'Europe.

Alors face à l'uniformité, à la bureaucratie et à la contrainte, que vous nous proposez, je préfére le Respect des Nations, la Liberté pour les peuples, et la Protection
pour les Européens ! Voilà qui ouvrirait de belles perspectives pour l'Union Européenne et pour la France...



back2basics 15/04/2009 09:17

Ah ah comme si le PSE avait été majoritaire au parlment depuis 192 à aujourd'hui, vous oubliez de dire que l'europe actuelle c'est votre bilan !


Voter UMP aux élections européennes, c’est :- confirmer la majorité sortante du Parlement européen et la Commission européenne présidée par M. Barroso, soutenues par l’UMP et la droite européenne, marquées par une orientation clairement ultra-libérale.La droite au pouvoir depuis 2004 au Parlement européen : un bilan catastrophique ! Y compris à cause de la PFE !Ce bilan, c’est au moins trois directives de régression et une absence d’initiative :- la directive Bolkestein sur les services qui, si les eurodéputés socialistes ne s’y étaient pas opposés, aurait démantelé les services publics ;- la directive sur le temps de travail et sa clause dérogatoire qui permet d’étendre la semaine de travail jusqu’à 65 heures – au fond, importation par le Parti populaire européen du « travailler plus pour gagner moins » cher à N. Sarkozy ;- enfin la directive de la honte, pudiquement baptisée « directive retour », qui permet, entre autres, de maintenir en rétention les immigrés pendant dix-huit mois ;- depuis 2004, la majorité de droite, c’est le refus catégorique de réglementer la finance, malgré les alertes. Depuis 2008, c’est le refus non moins catégorique d’agir contre la crise par un vrai plan de relance européen.La droite au pouvoir depuis 2004, c’est un alliage parfait de libéralisme pour l’économie, de précarisation pour les salariés, de xénophobie et d’autoritarisme pour la société.La présidence française de l’Union : un abîme entre les annonces et les résultats :M. Sarkozy va dire : voter UMP, c’est prolonger la présidence française de l’Union. Mais quels sont vraiment les résultats de ces six mois ?- La crise en Géorgie ? Le cessez-le-feu n’a rien réglé, les violences restent chroniques et les milices se multiplient.- Le plan carbone ? Dépassé avant même d’être signé. Plus personne ne fait référence  à l’accord signé.- Quant à la réaction à la crise, beaucoup de bruit pour rien. Tout ce qui a été décidé, c’est une vague coordination des politiques nationales, qui n’a pas empêché chaque État de n’en faire en réalité qu’à sa guise.Le manifeste de la droite européenne : y a-t-il une crise en Europe ?Début avril, l’UMP n’a toujours pas de texte d’orientation pour les élections européennes. Ce n’est pas une surprise. Tout à son habitude, M. Sarkozy dira tout et son contraire, parlera à gauche pour agir à droite.Au moins, à l’occasion d’élections européennes, on peut se référer aux textes des partis européens. Le PPE, parti de la droite libérale et conservatrice, auquel l’UMP est affilié, a publié un texte sur ses priorités pour 2009-2014. Il révèle le vrai visage de la droite européenne.- Sur les dix priorités, une seule concerne la crise et est intitulée « des réponses pragmatiques et ciblées à la crise financière ». Le mot est lâché. Des réponses ciblées, cela veut dire surtout pas de réforme en profondeur.  Ils veulent sauver le système existant là où nous voulons le changer.- On lit aussi qu’il faut encourager le « temps partiel » et la flexibilité pour accélérer la reprise. C’est la continuité  avec la politique de précarisation menée depuis 2004.- Le PPE veut accélérer l’achèvement du Marché unique, en mentionnant comme exemple l’accès à la santé. En clair : les services publics seront à nouveau attaqués au nom  de l’intégration des marchés.- Le refus de toute hausse du budget européen est réaffirmé. C’est l’assurance que l’Europe sera incapable d’investir dans la croissance verte et dans la recherche pour notre avenir.Voter UMP aux élections européennes, c’est donc soutenir au programme libéral et réactionnaire d’attaque des services publics, de précarisation sociale et de refus d’agir contre la crise et pour la croissance de demain.
Donc le 7 juin moi je vote pour un parti qui a des listes et un programme cohérent, un parti qui veut changer l'europe donc je vote socialiste !

Arnaud Clément 15/04/2009 10:43



Ne personnalisez pas les choses ! Je ne suis certainement pas dépositaire du bilan de l'Europe actuelle alors que j'ai toujours défendu une autre conception de l'Europe, que j'ai voté "non" au
referendum de mai 2005 sur le Traité Constitutionnel Européen et que je défends toujours aujourd'hui une autre Europe fondée sur le respect des peuples.

Pour le reste, je ne rentre pas dans le détail de votre propagande, même s'il y aurait beaucoup à dire. Votre message est passé.

Mais si je ne vote pas UMP aux prochaines européennes, ne comptez pas sur moi pour défendre le PS ! Car évoquer "des listes [socialistes] et un programme cohérent", quand
on se souvient de la mise en place des fameuses listes le mois dernier avec dans la grande région Centre - Massif Central, une tête de liste parachutée de Seine Maritime qui n'a que faire
des problèmes de notre région et dont le seul objectif est de retrouver sa place à Strasbourg, me semble être une très grande erreur de jugement que les électeurs n'oublieront pas en juin
prochain.



Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents