Le Blog d'Arnaud Clément

Bienvenue sur ce Blog, un espace de dialogue sur Châteauroux et sur tous les sujets d'actualité.

Quand l'Europe est tristement concrète : la Crise du Lait

Publié par Arnaud Clément sur 25 Mai 2009, 21:51pm

Catégories : #Pour une autre Europe

   Nouvelle démonstration d'une Europe qui ne prend pas en compte l'intérêt des peuples européens avec la crise du lait. Depuis quelques jours, les producteurs de lait manifestent un peu partout en France, afin de dénoncer les prix extrêmement bas du lait. Comme pour le démentèlement de la Politique Agricole Commune, les consommateurs payent toujours plus et les agriculteurs gagnent moins. Avec en plus la bénédiction du ministre Michel Barnier, également animateur national de la campagne de l'UMP, pour les élections européennes !

   Voici un article très intéressant de Cédric Omet, publié sur le site de l'hebdomadaire Marianne, la semaine dernière : "Derrière la crise du lait, il y a l'Union Européenne".

   "Un marché du lait libre et non faussé. La fin des quotas. Une législation européenne de la concurrence qui s'impose à tous. C'est l'accord européen trouvé en décembre dernier par Michel Barnier. Un désastre pour celui qui candidate aux prochaines élections européennes.

   "Nous sommes parvenus à un accord à la quasi-unanimité". Michel Barnier avait été clair en novembre 2008. Il se réjouissait alors d'un accord trouvé au niveau européen pour déréguler progressivement le marché du lait jusqu'en 2015. Les quotas de production étaient relevés de 1% pendant 5 ans, puis disparaîtraient complètement. Le lait fluctuerait ensuite "librement" au gré du marché de l'offre et de la demande.

   Pleinement ancré dans l'idéologie libre-échangiste de l'Europe, cet accord à la "quasi-unanimité" - sauf la Lituanie - entérinait le sacro-saint principe de non intervention du pouvoir politique dans l'économie. Et déjà, les producteurs français, allemands et autrichiens s'inquiétaient des conséquences dramatiques d'une telle mesure sur... le prix du lait.

   L'obstination de Bruxelles, "le lait trop régulé" ?

   Dans un éditorial de Jean-Francis Pécresse, paru dans les Echos d'aujourd'hui [19 mai 2009], on peut lire que l'économie laitière "ne souffre pas de trop peu de régulations mais de trop de régulations. [...] L'Europe, avec l'aide de la France, a privilégié une politique des revenus si aboutie qu'elle a transformé les éleveurs en salariés de leurs clients...". Et de préciser qu'"en 2007, lorsque les prix du lait grimpaient en flèche, c'est la régulation qu'on dénonçait et la concurrence qu'on célébrait."

   Certes, mais la joie fut de courte durée. Davantage que la hausse du prix du lait, c'est l'importante fluctuation du prix qui saute aux yeux, a fortiori depuis avril 2008, date à laquelle la DGCCRF - Direction Générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes - a décrété illégales les ententes permettant le maintien du prix du lait. 

   La France résignée

   Le Ministre de l'Agriculture Michel Barnier, candidat aux élections en juin prochain, n'est donc pas exsangue de responsabilités dans cette crise qui enflamme plusieurs villes de province. Il est l'un des artisans de la volonté affichée des libéraux de Bruxelles à vouloir déréguler les marchés, même si cela doit saborder tout un pan de l'économie faisant vivre les régions. Les beaux discours ne peuvent se substituer aux actes. A 15 jours des élections au Parlement de Strasbourg, cette crise du lait incarne parfaitement le dilemne européen qui voit s'opposer un sentiment d'impuissance des citoyens au dogme de l'idéologie libérale qui se cache derrière la raison économique : déréguler toujours plus pour appauvrir encore.

   Aujourd'hui, c'est le lait. Et demain ?"

   Ce soir, la Commission Européenne vient de refuser à la France, le maintien d'un système de quotas de production, alors que le Ministre de l'Agriculture le candidat aux élections européennes, Michel Barnier, estimait que la hausse des quotas jouait un rôle dans la chute actuelle des prix. L'accord de novembre 2008 est peut-être moins "rejouissant" que prévu...

   Mais, "Et demain ?" que vont-ils encore inventer pour faire de la belle idée européenne, une Europe toujours plus défavorable aux citoyens ? C'est pourquoi, le 7 juin prochain, plutôt que de vous abstenir, osez une Europe différente en votant dans la grande région Centre - Massif-Central, pour la liste gaulliste Debout La République, conduite par Jean Barrat.

Commenter cet article

lbenj 27/05/2009 02:01

vous avez raison faites de la pubplus de candiats de droite il y aura moins de votes sarko obtiendraquant au lait je suis scandalisé de voir que à cause des quotas les eleveurs sont obligés de jeter le lait (et je ne parle pas de ces mouvements de contestation) alors qu'il peut servir à nourrir des milliers et même des millions de personnes pauvres dans le monde.et que pensent les agriculteurs des quotas? pourquoi on ne demande jamais l'avis des personnes concernées?mais bon je crois que le gouvernement a tout compris de travers: aider les riches et saigner les pauvres!!!!!!pauvre de nous!!!sans vouloir vieillir vivement 2012 que l'on puisse enfin dire à Mössieur Sarko  "casse toi pauvre c**"bonne journée à vous et je vous felicites d'avoir eu le courage de quitter l'ump pour suivre vos convictions contrairement à certains qui se disent socialistes et d'autres qui se veulent heritiers du gaullisme et qui sont en train de baver devant sarko!!!

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents