Le Blog d'Arnaud Clément

Bienvenue sur ce Blog, un espace de dialogue sur Châteauroux et sur tous les sujets d'actualité.

"De Gaulle et l'Algérie" : "Un antigaullisme mal inspiré" par Michel Winock

Publié par Arnaud Clément sur 9 Janvier 2011, 22:54pm

Catégories : #Gaullisme

Algerie---De-Gaulle.jpg   J'ai fait partie, le 2 novembre dernier, des près de 3 millions de télespéctateurs qui ont regardé le documentaire d'Hugues Nancy, "De Gaulle et l'Algérie", diffusé sur France 2. J'avais alors été très déçu et parfois même indigné, par ce travail qui, à mon sens, ne reflétait pas la réalité historique. La lecture de l'article de Michel Winock, grand historien français, intitulé "Un antigaullisme mal inspiré", dans le magazine L'Histoire de ce mois de janvier me conforte dans cette opinion.

L-Histoire.jpg   "Le documentaire d'Hugues Nancy, De Gaulle et l'Algérie, présenté sur France 2 le 2 novembre dernier, est riche d'images et d'explications. Il est malheureusement entaché d'un antigaullisme qui ne sert guère la vérité historique. Christophe Nick, auteur d'un ouvrage fouillé sur l'opération "Résurrection", nous fait pénétrer dans les arcanes de ce complot militaire. Les choses se gâtent lorsque tombe la conclusion péremptoire selon laquelle la prise du pouvoir par de Gaulle, "ça fait 300000 - 400000 morts pour rien" - ajoutant cette contre-vérité absolue : "En 1958 on était déjà dans l'idée que la paix était possible et que l'indépendance de l'Algérie était inéluctable."

   Qui donc, hormis certains intellectuels, avait cette double "idée", on se le demande. Quelle majorité parlementaire aurait pu soutenir un gouvernement annonçant ce programme : négociations avec les nationalistes du FLN et programmation de l'indépendance de l'Algérie ? Et l'armée, donc ! L'auteur de Résurrection est pourtant bien placé pour savoir que l'armée était décidée à maintenir l'Algérie française coûte que coûte, et le coup de force ne lui faisait pas peur ni en 1958, ni en 1961 (putsch des généraux).

   Chargeons de Gaulle de tous les péchés du monde, appelons-le un machiavélien, un menteur ou ce qu'on voudra. Mais reconnaissons ceci, qu'il fut le seul homme politique français capable d'affronter l'armée et de la réduire à l'obéissance au pouvoir civil. Ce film raconte souvent brillamment, un drame ; il ne prend nullement en compte qu'il s'agissait d'une tragédie."

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents