Le Blog d'Arnaud Clément

Bienvenue sur ce Blog, un espace de dialogue sur Châteauroux et sur tous les sujets d'actualité.

Philippe Briand, "un patron de l'UMP anti-Sarko" ?

Publié par Arnaud Clément sur 25 Octobre 2009, 23:00pm

Catégories : #Politique

   Hier, dans son édition de l'Indre-et-Loire, la Nouvelle République titrait : "Un patron de l'UMP anti-Sarko ?". Le journaliste faisait référence à Philippe Briand, Député-Maire de Saint-Cyr-sur-Loire et Président de la Fédération UMP d'Indre-et-Loire.

   Comme l'explique le journaliste Olivier Pouvreau, Philippe Briand "n'a pas digéré les affaires Mitterrand et Polanski", pas plus que "l'affaire du fils". Accueillant Christine Boutin, mercredi dernier, le Président de la Fédération UMP de Touraine a expliqué avoir "proposé en Conseil Municipal, lundi, de rebaptiser une rue de Saint-Cyr, "rue Jean Sarkozy", et une place "Place Papa-m'a-dit" !" Pas sûr que ces paroles ravissent le Chef de l'Etat, Nicolas Sarkozy. Mais bravo à Philippe Briand qui montre un vrai courage dans l'engagement qui est le sien. 

   Je note d'ailleurs, qu'après les déclarations du Maire de Bordeaux, Alain Juppé en début de mois, après celles du Député-Maire de Troyes, François Baroin et après la bourde volontaire ou non du Député de Paris, Jean-François Lamour, vendredi dernier à l'Assemblée nationale, il semble que ces propos de Philippe Briand s'inscrivent dans un nouvel élan des chiraquiens de l'UMP. Entreraient-ils en résistance ?

   Plus simplement, ne serait-il pas intéressant que certains présidents de fédérations UMP s'inspirent de Philippe Briand ? Car être membre d'un parti politique, en diriger une fédération, n'implique pas que l'on ferme les yeux sur l'indéfendable, que l'on essaye de justifier l'injustifiable ou que l'on tente de convaincre les militants de ce qu'eux-même ne croient plus juste.

   Cela prouve en tout cas, qu'il reste à l'UMP des hommes et des femmes politiques qui voient la réalité en face et qui ont encore du cran et de la volonté. Pour discuter très souvent avec des militants UMP de l'Indre, je n'en doutais pas. Et comme me le signalait récemment une amie, membre de l'UMP : "Tous les membres de l'UMP ne sont pas sarkozystes !". Heureusement !

Commenter cet article

dadavidov 24/05/2012 09:52


Oui, j'ai vu la date après coup ;-)

Arnaud Clément 24/05/2012 12:59



Ok, pas de pb.
Bon après-midi.



dadavidov 23/05/2012 14:46


Euh, c'est quoi cette ânerie !?!


Briand a été le trésorier de Sarkozy pendant sa campagne et a mis en place à la tête de la fédé à Tours l'étoile montante (ex. FN-MNR-MPF) Guillaume Peltier, plus Sarkozyste que Sarko qui rêve de
fédérer la droite (de l'extrême au centre)...


Alors franchement, Briand anti-Sarko, je suis mort de rire !

Arnaud Clément 23/05/2012 21:45



Les déclarations de Philippe Briand, il y a 3 ans étaient claires. Il a changé d'avis depuis...



Politique Subversive37 21/05/2012 12:39


Quel bonheur de lire ce billet au lendemain de la défaite du Sieur Sarkozy... et de pouvoir vous dire que votre modèle d'Indre-et-Loire avait dû oublier ses propos lorsqu'il accepta de s'engager
comme trésorier de la campagne du roi déchu... de le recevoir maintes et maintes fois dans son fief de Saint Cyr sur Loire... N'avez-vous jamais pensé lui rappeler? Dommage... Retourner sa
veste du bon côté disait Dutronc? à méditer...

Arnaud Clément 22/05/2012 22:58



Philippe Briand n'est en aucun cas mon "modèle" ! Je l'ai croisé à deux reprises, donc je le connais bien peu.
Pour le reste, vous avez raison, les politiques ont beaucoup trop tendance à avoir la mémoire courte.



Jean-Paul Moreau 13/12/2010 21:05



À Mesdames et Messieurs les Députés et Sénateurs de la République,


L’examen de la LOPPSI 2, loi d’orientation et de programmation pour la performance de la sécurité intérieure, proposée pour la seconde fois en discussion à partir du 5 octobre a
été reporté. Le projet de loi sera examiné en seconde lecture à l’Assemblée du 14 au 21 décembre 2010.


L’article 32 ter A, introduit par un amendement du gouvernement adopté par la commission des lois du Sénat, puis voté par le Sénat le 10 septembre 2010, crée une procédure
d’exception, expéditive et arbitraire, à l’initiative du Préfet et en l’absence du juge, pour expulser les habitants installés de manière « illicite ». Nombreuses sont les personnes qui
risquent d’être concernées par cette disposition répressive. Si la procédure contradictoire est prévue dans les textes, elle est néanmoins compromise, et l’article prévoit également la
destruction des biens, ainsi qu’une amende de 3750 € pour le propriétaire du terrain, public ou privé, qui s’opposerait à ces procédures arbitraires.


Article 32 ter A (Version Sénat 1ère lecture, 10 septembre) avec (en italique) les nouveaux amendements :

I. - Lorsqu’une installation illicite en réunion sur un terrain appartenant à une personne publique ou privée en vue d’y établir des habitations comporte de graves risques pour la salubrité, la
sécurité ou la tranquillité publiques, le représentant de l’État dans le département, ou, à Paris, le préfet de police, peut mettre les occupants en demeure de quitter les lieux.


La mise en demeure est assortie d’un délai d’exécution qui ne peut être inférieur à quarante-huit heures. Elle est notifiée aux occupants et publiée sous forme d’affichage en mairie et sur les
lieux. Le cas échéant, elle est notifiée au propriétaire ou titulaire du droit d’usage du terrain.


Lorsque la mise en demeure de quitter les lieux n’a pas été suivie d’effet dans le délai fixé et n’a pas fait l’objet d’un recours dans les conditions prévues au II, le préfet peut procéder à
l’évacuation forcée des lieux, sauf opposition du propriétaire ou du titulaire du droit d’usage du terrain dans le délai fixé pour l’exécution de la mise en demeure. Le cas échéant, le préfet
saisit le président du tribunal de grande instance d’une demande d’autorisation de procéder à la destruction des constructions illicites édifiées pour permettre l’installation en réunion sur le
terrain faisant l’objet de la mesure d’évacuation. Le président du tribunal ou son délégué statue, en la forme des référés, dans un délai de 48 heures.


Lorsque le propriétaire ou le titulaire du droit d’usage du terrain fait obstacle à l’exécution de la mise en demeure, le préfet peut lui demander de prendre toutes les mesures nécessaires pour
faire cesser l’atteinte à la salubrité, à la sécurité et à la tranquillité publiques, dans un délai qu’il fixe.


Le fait de ne pas se conformer à l’arrêté pris en application de l’alinéa précédent est puni de 3 750 euros d’amende.


II. - Les personnes destinataires de la décision de mise en demeure prévue au I, ainsi que le propriétaire ou le titulaire du droit d’usage du terrain peuvent, dans le délai fixé par celle-ci,
demander son annulation au tribunal administratif. Le recours suspend l’exécution de la décision du préfet à leur égard. Le président du tribunal ou son délégué statue dans un délai de
soixante-douze heures à compter de sa saisine.


(Article 32 ter A (nouveau) : Procédure d’évacuation forcée des campements illicites
« L’article 226-4 du code pénal est complété par un alinéa ainsi rédigé :
« Est puni des mêmes peines le fait de séjourner dans le domicile d’autrui sans l’autorisation du propriétaire ou du locataire et de ne pas le quitter immédiatement à la requête du
propriétaire ou du locataire. » )



Nous vous demandons de voter la suppression du 32 Ter A comme le proposent les amendements 76 ou 181.



Arnaud Clément 19/12/2010 15:28



Je vois mal le rapport avec l'article...



Bernat 29/10/2009 23:58


 je me demande si Mr Briand estime respecté les adhérents UMP en étant aussi critique avec notre Président  ????  Ses histoires d'anciens combatants de la Chiraquie avec Mr
Coppé étaient déja limite lors de la réunion à l'escale , ( Pourtant j'ai beaucoup aimé certaines de ses intervantions, Ballan-Miré,le Vinci et bien d'autres)) mais la STOP je crois qu'il dépasse
les bornes .Nous lui demandons de soutenir notre Président,pas de lui mettre des batons dans les roues.... Merci


Arnaud Clément 30/10/2009 12:56



C'est un homme courageux qui refuse de soutenir ce qui lui paraît être insoutenable. Et je peux vous assurer que s'ils n'ont pas tous des fonctions aussi importantes que Philippe Briand, François
Baroin ou Alain Juppé, ils sont nombreux, les militants, au sein de l'UMP à partager ces critiques.

Si je comprends bien, vous lui conseillez de quitter l'UMP ou de soutenir totalement le Président. C'est à Philippe Briand de tirer les conclusions qu'ils souhaitent.



Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents