Le Blog d'Arnaud Clément

Bienvenue sur ce Blog, un espace de dialogue sur Châteauroux et sur tous les sujets d'actualité.

Régionales 2010 - 1er Tour : de la défaite au déni de réalité

Publié par Arnaud Clément sur 17 Mars 2010, 22:50pm

Catégories : #Politique

Régionales 2010      Le soir du 1er tour des élections régionales, dimanche dernier, après avoir écouté plusieurs réactions de différents responsables de la majorité présidentielle, j'ai écrit sur un réseau social bien connu que j'étais "consterné (et le mot est faible) par l'attitude des représentants de la majorité, incapables de reconnaître une défaite électorale pourtant éclatante. François Fillon ou Eric Besson et même Chantal Jouanno : "Si c'était un vote-sanction, ce serait encore plus fort que ça" ! [...] Qu'ils continuent à nier cette défaite et dimanche prochain, cela risque d'être pire !"

   En effet, au delà des tristes résultats de dimanche dernier qui concluent une bien pauvre campagne, comme j'ai déjà eu l'occasion de le souligner sur ce blog, je crois que ce qui reste le plus marquant est cet incroyable déni de réalité que nous ont présenté l'UMP et ses dirigeants depuis dimanche. Comme l'écrit Nicolas Dupont-Aignan, "il n'y avait pas la moindre once de sincérité dans ces propos, dont la mauvaise foi himalayenne, n'avait d'égal que le ridicule." Comment ne pas (vouloir) se rendre compte que les Français ont manifesté par leur vote ou par leur absence de vote, un mécontentement vis-à-vis de la politique menée par le gouvernement et décidée par le Chef de l'Etat ?

   Expliquer comme l'a fait notamment le Premier Ministre que "la faible participation ne permet pas de tirer un enseignement national de ce scrutin" relève d'une extraordinaire malhonnêteté. En effet, lors des dernières élections européennes de juin 2009, avec un taux d'abstention bien supérieur (près de 60% !), François Fillon ne se gênait pas pour parler du "succès" obtenu par l'UMP, arrivée en tête avec 28% des suffrages. 60% d'abstention, dans une élection au sein de grandes régions, ne lui posait donc aucun problème pour se féliciter d'un "bon" résultat, mais 54% d'abstention ne lui permet pas de souligner un piètre résultat pour la majorité. Lamentable.

   Dans ce contexte, il est probable que dimanche prochain, les Français expriment de nouveau leur colère, soit en s'abstenant, soit en votant blanc ou nul, soit en votant dans certaines régions, pour le Front National qui progresse depuis les derniers scrutins de 2007 ou 2009. Je reste persuadé que les Français n'ont pas voté pour les listes de gauche avec enthousiasme. Par exemple, dans l'Indre, les listes de gauche (PS, Europe Ecologie et Front de Gauche), ont obtenu 39433 suffrages, alors qu'en 2004, la liste d'union de la gauche obtenait au 1er tour, 47073 voix ! Il manque donc plus de 7600 voix à la gauche cette année par rapport à 2004, ce qui prouve bien qu'il n'y a pas une forte adhésion à la majorité sortante de gauche.

   Simplement, je crois aussi que les Français ont estimé devoir sanctionner la politique sarkozyste actuellement menée, en rejetant notamment les listes de l'UMP, trop souvent conduites par des membres du gouvernement, qui parfois, à l'image de la ministre de la Guadeloupe de l'Outre-Mer, se sont offerts des défaites historiques. Malheureusement pour le peuple, il n'a pas été entendu par le pouvoir. Mais nier la réalité, n'a jamais fait avancer. Au contraire. 

   Seules, quelques voix se sont élevées pour exprimer la vérité. Par exemple, j'ai apprécié l'intervention du député-maire de Troyes, François Baroin qui a expliqué aujourd'hui, que la majorité avait pris "une claque", estimant qu'il "faudra que Nicolas Sarkozy entende le message, il a un virage à amorcer". Mais ce dernier finira-t-il par entendre le message des Français ? Est-il seulement encore à l'écoute ? Pour les Français, pour la France, pour notre démocratie qui est au plus mal, je l'espère vraiment.

Commenter cet article

hugues 19/03/2010 08:01


Je ne partage pas tout à fait votre analyse des chiffres. Moins de gens ont voté à gauche parce que moins de gens ont voté et il serait à cet effet intéressant de comparer avec le score de la
droite.
Ensuite il paraît difficile de comparer chiffres brut et pourcentages. Si 100 personnes votent et que la gauche a 51 voix, la gauche fait 51% puis si la gauche obtient 102 voix sur 200 votants,
elle fait toujours 51% et pourtant plus de gens ont voté à gauche.
Je pense personnellement que l'abstention est une honte pour un pays qui se dit la patrie des droits de l'homme : en Irak on vote sous la menace des bombes!
Sous prétexcte que la démocratie fonctionne, on n' y prête pas attention, on ne la fait pas vivre et bien prenons garde à ce qu'elle ne meurt pas.
On peut s'étonner que le gouvernement n'ait pas organisé une campagne télé pour inciter les gens à voter, mais en fait faut - il vraiment s'en étonner?


Arnaud Clément 20/03/2010 14:35



Hugues,

Dans ce billet, quand j'évoque le résultat de la gauche, je ne parle que des suffrages obtenus, que je ne compare pas avec les pourcentages. Et pour ce qui est de la droite, il ne m'a pas
semblé utile d'évoquer des chiffres tant la défaite, que je pensais pourtant avoir largement soulignée dans cet article, est flagrante.
Cependant, je partage votre opinion sur l'abstention.



magic mimi 18/03/2010 20:07


J'aime bien voir avec quelle subtilité vous maniez les chiffres.
moins d'electeurs se sont déplacés cette année il semble donc évident d'avoir un score moins elevé mais en pourcentage la gauche est majoritaire.
maintenant il faut expliquer la faible participation tant à gauche qu'à droite.
pour mloi le message est clair, une proportion non négaligeable d'electeurs est dégoutée de la politique avec tout ce qu'elle a parfois de "nauséabon".
c'est à nous de leur faire retouver le chemin des urnes par un comportement exemplaire et en leur fournissant un projet de socièté qui porte un espoir.


Arnaud Clément 19/03/2010 00:20



Magic mimi,

Je ne cherche vraiment pas à "manier les chiffres" pour chercher à induire en erreur. Simplement, il semble, d'après les enquêtes des instituts de sondages qu'il
faut évidemment prendre avec précaution, que ce soit les électeurs de droite qui ne se soient pas déplacés dimanche dernier.
Donc on aurait pu penser, dans un contexte très favorable à la gauche, avec un nombre d'électeurs inscrits identique, que le score de la gauche cette année aurait été au moins équivalent à celui
de 2004. Mais il n'en est rien, ce qui me permet de déduire qu'il n'y a pas une forte adhésion à la majorité régionale sortante.
Sinon, je suis d'accord avec la fin de votre propos. Il s'agit même d'une urgence démocratique.



Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents