Le Blog d'Arnaud Clément

Bienvenue sur ce Blog, un espace de dialogue sur Châteauroux et sur tous les sujets d'actualité.

Situation des Ecoles du centre-ville de Châteauroux

Publié par Arnaud Clément sur 20 Décembre 2009, 23:05pm

Catégories : #Châteauroux36

Crayons.jpg   Depuis plusieurs semaines, les écoles du centre-ville de Châteauroux alimentent rumeurs et inquiétudes. Il me semble donc aujourd'hui nécessaire de faire le constat d'une situation qui s'impose à tous, de définir les pistes sur lesquelles la Ville de Châteauroux a travaillé et d'expliquer la démarche entreprise.

   Tout d'abord le constat. Un constat que j'aurais aimé lire dans la presse écrite la semaine passée, afin que chacun puisse comprendre les motivations qui poussent la municipalité à proposer des hypothèses qui ne réjouissent personne. Comme de nombreuses villes, Châteauroux est confrontée à un problème démographique, lié en partie aux coûts des loyers, qui se caractérise par l'installation des jeunes couples dans les quartiers périphériques de la ville, dans les communes de la Communauté d'Agglomération Castelroussine (CAC), voire même au-délà dans des communes situées parfois à plusieurs dizaines de kilomètres. Dès lors, c'est donc une population avec moins d'enfants que l'on retrouve dans le centre-ville.

   A ce phénomène général, s'ajoute la baisse des effectifs scolaires sur l'ensemble de notre Ville qui est une réalité depuis des années : les effectifs des écoles publiques de Châteauroux sont passés de 5799 enfants pour l'année scolaire 1990-1991, à 4609 en 2001 (-20,52%), puis à 4050 pour l'année scolaire 2009-2010 (-12,12%), soit une perte de 1749 enfants en 20 ans, représentant une baisse de 30,16% des effectifs scolaires. Bien évidemment, certains secteurs de Châteauroux sont plus touchés que d'autres. Le centre-ville fait partie de ces secteurs en difficulté.

   Les baisses du nombre d'enfants scolarisés sur le centre-ville ont eu pour conséquences des décisions difficiles prises par l'Inspection Académique : en septembre 2008, la fermeture d'une classe à l'école élémentaire Françoise-Katz et la fermeture que je persiste à penser injustifiée, d'une classe à l'école maternelle du Colombier ; en septembre 2009, la fermeture d'une classe à l'école élémentaire Saint-Martial et un poste bloqué puis rétabli, à l'école maternelle Saint-Martial. Par ailleurs, avec les écoles des Capucins et du Colombier, nous avons deux maternelles à deux classes, ce qui est, d'après ce qu'on me répète, pédagogiquement, loin d'être l'idéal. Les perspectives pour la rentrée 2010 sont inquiétantes, dans la mesure où il est vraissemblable qu'avec un effectif entre 75 et 80 enfants, l'école Françoise-Katz soit menacée de perdre à nouveau une classe (ce qui ferait passer l'école en deux ans de cinq classes à trois !) ; l'école élémentaire du Colombier serait également menacée de perdre une classe et la situation de l'école maternelle Saint-Martial serait la même qu'en 2009, c'est-à-dire avec une classe sans doute à nouveau en sursi. Dans ces conditions, que faire ? Doit-on, par exemple, laisser une école élémentaire au coeur de notre Ville accueillir les enfants dans des classes avec peut-être trois niveaux différents ?

   Ce n'est pas la Ville de Châteauroux qui a réagi la première, face à ces difficultés pour la rentrée 2010. Dès l'année scolaire 2008-2009, les directeurs des établissements scolaires du Colombier, de Saint-Martial et des Capucins - Françoise-Katz, ont pris la mesure des problèmes à venir. Et ils ont décidé de se réunir afin d'essayer d'élaborer une solution pour l'avenir du centre-ville. Le 9 septembre dernier, j'ai convié les directeurs de ces écoles, ainsi que M. Alain Barrault, Inspecteur de l'Education Nationale à venir nous présenter à la Mairie, le fruit de la réflexion qu'ils ont menée pendant plusieurs semaines.

   Cette réflexion les a conduit à envisager un projet d'écoles de cycles, passant par le maintien des trois écoles maternelles, celui de l'école élémentaire Saint-Martial accueillant désormais les enfants du cycle 2 (CP, CE1) et le maintien de l'école élémentaire du Colombier accueillant les élèves du cycle 3 (CE2, CM1, CM2). Ce projet, soutenu par l'ensemble des directeurs, passait également par la fermeture de l'école élémentaire Françoise-Katz. Avec les services de la Ville de Châteauroux, nous avons étudié avec attention ce projet. Il comporte des inconvénients : une école maternelle des Capucins isolée, avec un problème majeur pour les parents ayant des enfants dans deux écoles différentes : comment demander à une famille demeurant par exemple, dans le secteur de la rue Raspail de se rendre à la maternelle des Capucins déposer un enfant, avant d'emmener l'aîné à l'école élémentaire du Colombier ? Tout cela en un minimum de temps, même si les horaires d'ouverture et de femeture des écoles étaient décalés de quelques minutes. La disparition à court terme de la maternelle des Capucins était donc vraissemblable et le problème des fratries était posé. De plus, avec environ 230 élèves (maternelles et élémentaires) l'école du Colombier pouvait se retrouver à saturation. Enfin, des problèmes de fonctionnement au quotidien de ces deux élémentaires n'étaient pas réglés. Des écoles de cycles, dans une ville de 10000 habitants peuvent sans doute bien fonctionner. En revanche, un projet de ce type, dans une ville d'environ 50000 habitants avec des secteurs scolaires beaucoup plus étendus est beaucoup moins adapté.

   Nous avons donc décidé avec les directeurs, d'étudier d'autres hypothèses. La deuxième, sur laquelle nous nous sommes arrêtés passait par une réorganisation des secteurs et par la fermeture du groupe scolaire du Colombier. Mais cette école étant celle qui accueille le plus d'enfants, cette hypothèse a été mise de côté.

   La municipalité a également travaillé sur une réoganisation des secteurs envisagée avec la fermeture de la maternelle des Capucins et de l'élémentaire Saint-Martial. Mais la distance entre la maternelle Saint-Martial et l'élémentaire Françoise-Katz est là aussi trop importante pour des parents ayant des enfants scolarisés dans les deux établissements.

   Enfin, et c'est l'hypothèse privilégiée par la municipalité, nous avons proposé une réorganisation des secteurs scolaires du centre-ville, accompagné de la fermeture du groupe scolaire Les Capucins - Françoise-Katz. Outre le fait de conforter les secteurs en difficulté, cette hypothèse a un mérite : elle touche le moins d'enfants possible, ce groupe scolaire accueillant aujourd'hui 25 enfants de moins qu'à Saint-Martial et près de 40 enfants de moins qu'au Colombier.

   Après des mois de travail, j'ai donc présenté ces différentes hypothèses lors des Conseils d'Ecoles extraordinaires qui se sont déroulés du 8 au 11 décembre dernier dans les différentes écoles. La réflexion progresse. J'ai rencontré des responsables syndicaux de l'Education Nationale, des parents d'élèves et cela va continuer. Dès aujourd'hui, suite à une demande des délégués des parents d'élèves des Capucins - Françoise-Katz d'échanger avec les délégués de parents des autres écoles, et suite à une proposition de Monsieur Perriau, responsable du Service Vie Scolaire à la Ville, une réunion est organisée à la Mairie. Ensuite, en janvier, trois réunions sont prévues, dans les trois groupes scolaires concernés, avec l'ensemble des parents. Enfin, au terme de ces échanges, une décision sera prise, fin janvier - début février.

   Quelque soit la décision qui sera prise, elle ne sera pas facile. Toutes les hypothèses évoquent des fermetures d'écoles. Je le regrette profondément, mais aujourd'hui, je ne vois pas comment nous pourrions faire autrement. Les délégués des parents d'élèves de toutes les écoles concernées ont reconnu que la situation était difficile et qu'il faudrait en passer par une fermeture d'école. La baisse importante des effectifs depuis 1990, sous Jean-Yves Gateaud et sous Jean-François Mayet, même si elle s'est nettement ralentie depuis 2001, ne permet pas d'envisager autre chose. Néanmoins, je reste ouvert à toutes les propositions et à un dialogue constructif.

   Mais entendre l'opposition par la voix de Manuel Flam sur France Bleu, parler des fermetures d'écoles comme de la conséquence de la politique de Jean-François Mayet, alors que sous son prédécesseur, les effectifs s'étaient effondrés de plus de 20% (mais il est vrai qu'à cette époque, Châteauroux ne passionnait pas Monsieur Flam) ne m'intéresse pas. Ecouter les paroles d'une chanson qui n'apporte rien au débat, ne m'intéresse pas. Placer dans une démarche polémique la situation actuelle de nos écoles, en annonçant par exemple dans la presse écrite, la "fermeture confirmée" d'écoles (NR du 15 décembre), alors qu'aucune décision n'est prise, ou en évoquant des écoles "pas aux normes" (NR du 19 décembre), alors que bien évidemment toutes les écoles de Châteauroux répondent aux normes de sécurité, ne m'intéresse pas.

   En revanche, comme d'habitude, je recevrai à la Mairie, tous ceux qui dans le cadre d'une démarche constructive souhaiteront me faire part de leurs suggestions. Et j'étudierai avec les services de la Ville, toutes les idées, tous les projets et toutes les propositions qui placeront au centre du débat, les enfants.

   Enfin, dès à présent et dans un cadre plus large il me semble nécessaire de penser sur du long terme et de réfléchir à ce qu'il faudra mettre en oeuvre pour redynamiser complètement notre centre-ville. Des améliorations ont déjà été apportées. Mais sans conséquences démographiques majeures pour le coeur de ville, même si pour la première fois depuis de nombreuses années, le nombre d'enfants scolarisés dans les classes maternelles de Châteauroux en 2009/2010, est supérieur à celui de l'année précédente. De quelques unités, mais c'est un espoir et il faut donc aller plus loin. La Ville de Châteauroux y travaille. Il y a des projets, il y a des démarches actuellement menées, dans le cadre de la CAC. Il faut continuer.

Commenter cet article

martine 09/02/2010 09:52



Monsieur

quand je pense qu'hier nous avons applaudi quand l opposition a parlé de vous en disant "a eu le courage d ...." mon dieu que je regrette mes applaudissements
Vous n'avez mm pas eu le courage de changer vos discours, du copier coller comme c est facile à faire, aucune âme humaine dans vos propos et suptilement vous glissé comme une lueur d'espoir que
vous eu peut etre le courage d'aller à l'encontre de votre GOUROU
Mais non vous dites haut et fort que vous etes pour la fermeture de nos écoles ...

Mr CLEMENT je vous ai vu plusieurs fois, un vrai cameléon pas toujours à l'aise ..

Ce qui me restera de cette triste expérience c'est que tous ces hommes et femmes que j'ai croisé et dont vous faites partie n ont pas de paroles, non pas de courage et ne dites pas que cela n a
rien a voir avec l'ambition personnelle parce que c est la vérité et votre vérité à tous
vous avez preferé les uns les autres sacrifier notre centre ville, nos enfants, nos familles en pensant aux futurs élections ...
mais ce que vous ne savez pas c'est que vous ne serez pas sur la future liste, et que tout comme nous vous serez ejecté comme un malpropre sans considérations et sans un merci
dommage pour vous mr clement ... et je ne m en réjouis mm pas, j ai plutot de la compassion ... quant aux autres mon dieu leur ambition politique ils ne l'emporteront pas au paradis .... et on
saura se souvenir de 2010 .....

bien à vous M clement
nos routes ne se croiseront plus car comme nous avons cru le comprendre votre gourou ne veut pas de jeunes familles en centre ville alors notre choix va se faire en dehors de chateauroux ..... il
n'est plus question d'alimenter vos caisses ...

MARTINE



Arnaud Clément 13/02/2010 01:03



Quel déferlement Martine ! Je découvre votre message et il est tellement éloigné de la réalité que vous me permettrez de ne pas répondre à l'ensemble de vos allégations.

Néanmoins, je reprends un point que vous abordez. Vous vous égarez totalement, lorsque vous évoquez "l'ambition personnelle" : si vous imaginez un seul instant que sur le sujet qui
nous occupe, la décision de la majorité municipale ou/et la mienne ont été prises "en pensant aux futures élections", vous vous trompez lourdement. Fermer des écoles ne me
semble pas être électoralement porteur. Tant qu'à ma situation personnelle, actuelle et future que vous évoquez, sachez que je ne cours pas après les mandats et que je sais très bien que la
mission qui est la mienne aujourd'hui au sein de la municipalité, est d'une durée limitée. Et si cela devait s'arrêter demain, dans un an ou dans quatre ans, je me consacrerais alors tout
simplement à d'autres activités.



catherine chenivesse 04/02/2010 13:28


Je n'avais pas lu jusqu'à présent votre message. Je me demande si vous avez pris en compte dans votre étude la proximité, ainsi que l'importance des relations parents-enseignants, notamment dans
les classes maternelles. Pour avoir connu en milieu rural les RPI, je n'atrrive pas aux mêmes conclusions que vous. La proximité en maternelle favorise les relations parents enseignants, eyt
l'intégration de ces enfants à l'école. Maintenant qu'il n'y a plus d'école le samedi, je n'aurais pu rencontrer les enseignants de mes enfants qu'exceptionnellement...
D'autre part, les classes à plusieurs niveaux permettent de mieux répartir les enfants selon leur réalité. Elles ont de bons côtés pour les élèves, qui peuvenyt ainsi mieux suivre leur rythme.
Je pense que fermer une école, alors que finalement, les postes de l'IA s'équilibraient, est une décision grave, que je vous invite à reporter, c'est oublier l'importance de la communication entre
les acteurs dans l'éducation et l'enseignement des enfants, oublier également que le développement psychologique de l'enfant est tel qu'il est préférable de privilégier des structures de proximité,
dans un univers connu.
Catherine Chenivesse, orthophoniste (CMPP rue du Colombier)


Arnaud Clément 07/02/2010 17:05



Madame Chenivesse,

La proximité est évidemment un élément à prendre en compte. Mais pour ce qui est des classes à plusieurs niveaux, les avis sont plus que partagés.

Ensuite, si "fermer une école" est une "décision grave", importante, maintenir une école avec peu d'enfants ne semble pas être pédagogiquement une bonne chose. Plusieurs de
mes interlocuteurs, au sein de l'Education Nationale, m'ont affirmé que des structures maternelles à deux classes, ce n'était pas satisfaisant pour les enfants.

Enfin, il ne vous aura pas échappé que je n'ai pas le pouvoir de "reporter" telle ou telle décision qui dépasse largement le cadre de ma délégation. Mais je ferai part de votre
avis à Monsieur le Maire dès demain.

Bonne fin de journée. Cordialement.



Raoul le Castro-Radulphien 26/01/2010 17:50



Je l'avais déjà dit mais je crois que mes propos ont été censurés:
qu'on on prétend être en désaccord avec un maire aussi borné
on démissionne.



Arnaud Clément 27/01/2010 00:25



Raoul,

Tout d'abord, je ne sais pas où vos propos ont été censurés, mais ce n'est certainement pas sur ce blog. Sur over-blog, il n'est pas possible, à ma connaissance, de supprimer une partie d'un
commentaire. Un commentaire est donc publié dans son intégralité où il ne l'est pas. Et votre dernier commentaire a été publié.

Pour le reste, je ne vous cache pas que je suis curieux de connaître la déclaration publique dans laquelle j'aurais pu "prétendre" ou vous faire penser que je suis en désaccord
avec la politique menée par la municipalité castelroussine.

Quant à la démission que vous me réclamez avec tant d'insistance depuis quelques jours, je finirais presque par croire que vous souhaitez prendre ma place... Comme je l'ai déjà écrit dans une
autre réponse, je réfléchis aujourd'hui à la situation présente et si des décisions doivent être prises, elles le seront en temps utile.



magic mimi 26/01/2010 08:30


" Monsieur le Maire a annoncé aujourd'hui une décision concernant le centre-ville et la municipalité travaille également sur le projet de fusion de deux autres établissements scolaires,
dans un autre quartier. Il est certain, qu'à l'avenir, je ne participerai plus à d'éventuelles discussions concernant d'éventuelles fermetures d'écoles."
c'est ce pargraphe qui m'a fait lire entre les lignes que vous n'aviez plus voix au chapitre. Sans doute ai je mal interprété, quoique....


Arnaud Clément 27/01/2010 00:09



Magic mimi,

La question des restructurations scolaires dépasse largement ma délégation. C'est un sujet municipal. Mais dans le cadre de ma fonction, j'ai eu à mener un dialogue avec les différentes parties
concernées par ces restructurations. Ce que j'ai fait.

A travers la citation que vous évoquez, j'ai simplement voulu expliquer qu'à l'avenir, je ne souhaitais pas avoir de nouveau à mener un travail concernant d'éventuelles fermetures d'écoles.
Ce qui ne signifie pas que Monsieur le Maire m'ait demandé quoi que ce soit en la matière. C'est bien sûr une décision personnelle.



magic mimi 25/01/2010 11:27


Je suis attéré par ce que je viens de lire.
 Je pense que la seule position qui vous ferait sortir avec "honneur" de cet imbroliglio serait une démission purement et simplement.
En restant vous cautionnez les désicions prises par Monsieur Mayet.


Arnaud Clément 25/01/2010 22:30



Que venez-vous de lire magic-mimi ?

Comme je l'ai déjà expliqué à d'autres, étant dans l'action depuis des semaines, auprès des délégués de parents d'élèves, auprès des parents d'élèves, ou auprès des membres de l'Education
Nationale, j'ai décidé de prendre, sur le dossier centre-ville, du recul face à la situation actuelle afin d'essayer de l'analyser au mieux. Si des décisions doivent être prises, elles
le seront. 

Il ne vous a d'ailleurs pas échappé que je travaillais actuellement, au nom de la municipalité, sur un dossier concernant le quartier Saint-Jean. Ce projet, qui est évidemment contesté,
j'y crois, car il tient la route et j'espère qu'il pourra être mené à son terme. Dans ce cadre, j'ai plusieurs rendez-vous prévus dans les prochains jours. Et je compte bien les
honorer.



Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents